Classe écritures : Johary Ravaloson

Le retour, tome 2

Chapitre 1

Un peu de sang versé sur le sol

Aquilon se leva et descendit de la chaise si confortable qu’il adorait tant. Il se dirigea vers la chatière quand il entendit un bruit dans l’herbe. Les poils de son dos se redressèrent, il se mit sur la défensive et feula :
— Sors de là, Derson !
Un immense et long serpent sortit de l’herbe et laissa une grande marque sur le sol de gravier.
— Toujours une ouïe surdéveloppée à ce que je vois, dit-il en montrant ses crochets pointus remplis de venin.
— Je t’ai déjà dit de ne pas venir dans cette partie de la prairie et je n’aurai pas une once d’hésitation à me jeter sur toi si tu m’approches.
— Vas-y et je me ferai un plaisir de planter mes crochets dans ta chair si tendre.
Aquilon recula et lança un miaulement de secours pour que ses compagnons arrivent quand la bête se jeta sur lui mais il l’esquiva, lui donna un coup de patte sur ses écailles émeraudes : un bleu était apparu à cet endroit précis.
— Va-t-en ou cette fois je mets les griffes !
— Tu oses me faire mal et tu voudrais que je parte comme ça ! Dit le serpent, bouillonnant de colère.
Il lança une nouvelle charge mais cette fois il l’enlaça entre ses écailles, sortit ses crochets devant la tête d’Aquilon et lui siffla :
— Alors on n’a pas réussi à esquiver cette fois ? Pourquoi tu ne sors pas tes griffes ? Ah oui, c’est vrai, tu es coincé.
Pile à ce moment, Inori, Usarius et Rollan apparurent hors du champ, sortirent leurs griffes et accoururent vers eux :
— Lâche Aquilon !
Derson le lâcha et partit en rampant, mécontent de lui de ne pas l’avoir tué. Il aurait enfin pu mettre un terme à cette guerre et gagner un nouveau morceau de son grand empire qui ne fait que croître de jour en jour grâce à ses servants si fidèles !
Quand Aquilon se releva, il sentit une vive douleur dans ses pattes. Inori avait raison quand elle disait que Derson avait une force phénoménale, il aurait dû l’écouter... Maintenant il avait sûrement un os fracturé au niveau de ses pattes. Usarius et Rollan ramenèrent la petite charrette faite il y a peu et le posèrent dessus pour l’emmener à la soigneuse du clan tandis que Inori gardait le reste de la troupe.
— Ne pouvais-tu pas nous prévenir avant ?
— Je pensais qu’après mon avertissement, il allait arrêter, aïe.
— Elle t’avait prévenu Inori, rétorqua Rollan.
Il lâcha un soupir de désespoir. Aquilon savait qu’il avait raison mais il ne voulait pas que les autres soient blessés pour lui et ses affaires, même si ça les concernait aussi en quelque sorte. Après seize minutes de route, ils arrivèrent enfin au grand arbre où, comme d’habitude, les deux gardes parlaient plus qu’ils ne surveillaient les alentours. L’arbre était absolument immense, avec un tronc épais et massif, des feuilles vertes brillaient au soleil ce qui donnait une impression qu’elles étaient dorées. Ils accédèrent sans peine à la salle d’opération où deux serpents les attendaient en tenant la soigneuse entre leurs queues.
Rollan se jeta sur eux et avec sa force puissante, trancha la queue du serpent qui détenait la souris. Bouillonnant de colère, il lui lança sa lance. Il manqua son tir et ils partirent à toute vitesse en laissant la soigneuse.

Chapitre 2

Le retour d’entre les morts

Sans un mot, elle s’approcha de la blessure de Aquilon et alla chercher un bandage qu’elle lui plaça et lui renversa de l’eau verdâtre qui le fit aller beaucoup mieux. Instantanément, il se leva du brancard et alla serrer dans ses pattes sa soigneuse.
Quand ils descendirent, ils se trouvèrent nez à nez avec une chose qu’ils redoutaient le plus au monde : LE FEU. Celui-ci était en train de ravager toute l’écorce. Ils étaient effrayés mais ils esquivèrent quand même les flammes et sortirent pour constater les dégâts : plus aucune feuille ne brillait. Tout brûlait quand ils virent sortir des flammes, tel un fantôme, une personne qu’ils croyaient morte depuis bien longtemps : Rari ! Il ne ressemblait aucunement à un chat : il avait un œil en moins, du pelage lui manquait à certains endroits notamment à la queue et il avait du sang sur ses griffes et sur ses babines. Il attaqua de plein fouet Aquilon qui, avec une extrême agilité, esquiva son coup et donna un coup de patte qu’il para avec adresse.
— Toujours aussi lent à ce que je vois, dit-il en ricanant.
— Tais-toi ! Tu n’as pas le droit de me parler après ce que tu nous as fait !
Il fit virevolter Aquilon et il se déroba en vitesse vers le territoire de Derson. Il devait sûrement être complice ! Il devait probablement attendre bien au chaud dans son souterrain et il préparait son plan finement pour attaquer pile au bon moment.

Chapitre 3

Le grand final

Ils se mirent tous en route vers les hautes herbes sauf que quand ils furent à mi-chemin entre l’arbre et la maison, Rari sortit des herbes de gauche et sauta sur Aquilon qui le repoussa violemment tandis que Derson attaqua de plein fouet Usarius qui tomba à terre. Ce dernier ne se releva pas, une mare de sang apparut au niveau de sa tête. Puis Derson s’élança sur Rollan qui lui asséna un coup de patte avec tant de violence et de rage que ses griffes tranchèrent sa peau. Derson s’écroula par terre et sa tête roula devant le corps de Rollan. Rari adressa de façon calme à Aquilon :
— De toute façon il ne m’était plus utile.
Aquilon s’élança sur lui avec une immense rage, il savait que Rari était un monstre mais au point d’utiliser une personne ! Rari esquiva le coup de tête qu’il allait recevoir et lui envoya du sable dans les yeux pour l’aveugler temporairement. Aquilon tomba au sol et Rari en profita pour lui asséner un coup au niveau de son flanc gauche, Aquilon se releva en titubant et cria :
— Comment as-tu survécu à la chute dans la fosse ?
— Avant même d’atteindre le sol une queue de serpent m'a attrapé et m'a sauvé d’une mort certaine, mon sauveur était Derson et il a accepté que j’élabore un plan pour me venger de toi.
Puis il sauta sur Aquilon, il le plaqua au sol et sortit une de ses griffes effilées qu’il plaça sous sa gorge :
— Mais toi tu ne survivras pas !

Cher lecteur, je me présente je suis le narrateur, oui, je sais, c’est bizarre mais là n’est pas la question. Tu as un choix à faire ! Sois tu veux que Aquilon essaye de trouver un arrangement et tu cliques sur le bouton "voir la fin alternative". Ou bien tu peux laisser Aquilon se battre face à Rari et un seul des deux survivra, dans ce cas tu poursuis ta lecture. Choisis bien, la vie d’Aquilon est entre tes mains.

Voir la fin alternative

— Attends ! On peut trouver un arrangement Rari !
— Je ne crois pas, il n’y a pas assez de place sur cette plaine pour nous deux. A moins que tu veuilles bien t’exiler et ne jamais revenir, ou je te traquerai et cette fois je te tuerai.
Rari laissa Aquilon se relever et, en regardant Rollan avec honte, il partit sans dire un mot. Rollan comprit que Rari avait gagné et que lui aussi avait tout intérêt à partir ou se cacher le plus loin possible de ce monstre.

Noah Leroy