Classe écritures :

Frédéric Forte

Et puisqu’il nous fallait dire non à quelque chose (c’était le fil à suivre), je proposais aux élèves d’explorer à chaque séance un non différent, qui serait forcément aussi un oui à autre chose. Nos jeunes écrivains purent se faisant expérimenter diverses formes poétiques et des façons autres d’aborder l’écriture : « non à la longueur » avec le haïku ; « non aux verbes » par la petite morale élémentaire portative ; « non à ses penchants naturels » en prenant le contrepied de leurs sujets de prédilection ; « non à la fiction » en allant écrire à, et sur, l’abbaye d’Ardenne ; « non à la fin du texte » avec la méthode du tireur à la ligne, qui la repousse sans cesse ; et enfin « non à l’écriture solitaire » grâce au Tour du monde en 24 heures, petit jeu de composition collective. C’est ainsi que de non en non, ces élèves très engagés et sympathiques purent formuler un grand Oui ! à la poésie et à la littérature.