Classe écritures :

Elitza Gueorguieva

Tu dis, tu dis : présent. Tu dis, un présent de narration. En présentiel, c’est beaucoup mieux, tu dis. Tu dis : des écritures déconfinées ?, des élèves-fabricants de poésie, oui, tu dis des résonnances entre le cinéma et l’écrit, des détournements oui, d’attestations de sortie, oui, tu dis des archives, des tapuscrits, des photogrammes, tu dis : « bizarres, bizarres ok, mais en quoi ? »
Tu dis : c’était un atelier éclectique, entre la prose littéraire et la performance vidéo, avec des récits de vacances mais rêvés, des photos aussi, des déplacements dérogatoires ne pouvant être différés, pour se perdre en forêt, pour compter les plumes échouées sur une plage lointaine ou pour cacher le cadavre du voisin, oui, c’est encore possible, en poésie.


Précédent :

Frédéric Forte