Classe écritures : Elitza Gueorguieva : Je vois

Les lunettes

Les lunettes sont posées, abandonnées depuis le confinement, les bassins sont fermés, vides. Dans les lunettes se reflètent la tristesse des nageurs enfermés en deuil du chlore. Les lunettes coulent et sombrent dans le désespoir.


Le plongeur

J’ai froid. En même temps quelle idée de se mettre en maillot à 8 h 30 dans mon jardin.  Je suis bête. Les cadavres d’enfants me servent enfin, je les ai mis dans le coffre pour stabiliser le plongeoir. Ils doivent se sentir mieux au milieu des tronçonneuses et des pieux. 

Précédent :

Rose Houben Besnier